6 solutions pour protéger votre livre du plagiat

6 solutions pour protéger votre livre du plagiat

Lorsque vous venez d’achever la rédaction de votre livre, une fois l’écrasant sentiment de satisfaction passé, une inquiétude surgit : comment le protéger d’un éventuel plagiat ? Cette question et cette préoccupation empêchent de nombreux auteurs d’être lus et de publier leurs œuvres sur Internet.

Cependant, les risques de plagiat, s’ils existent, sont très faibles car l’idée elle-même ne peut pas être plagiée, c’est seulement le contenu et la réalisation de l’idée qui sont pris en compte par la loi. En revanche, lorsqu’il s’agit d’une adaptation audiovisuelle ou cinématographique, la loi n’est plus la même. Un auteur peut faire valoir ses droits lorsque le film contient de nombreuses coïncidences avec le livre protégé ou publié.

Protéger son livre : des solutions pour tous les porte-monnaie

Du moins cher au plus cher

Solution 1. Email

Envoyez un courriel à vous-même avec le manuscrit en pièce jointe, le nom de l’auteur et la date d’envoi.
> C’est aujourd’hui une preuve suffisante, considérée comme légalement admissible.
Ce que dit le Code civil : « L’écrit sous forme électronique est admis en preuve au même titre que l’écrit sur support papier, sous réserve que puisse être dûment identifiée la personne dont il émane et qu’il soit établi et conservé dans des conditions de nature à en garantir l’intégrité. »

Solution 2 : la lettre recommandée

> Envoyer le manuscrit par lettre recommandée à soi-même peut aussi tenir lieu de preuve.
> À faire : coller l’étiquette recommandée sur le rabat de l’enveloppe pour prouver qu’elle n’a pas été ouverte.

Solution 3. L’archivage sur internet

L’entreprise Copyrightdepot vous permet de déposer votre texte dans un espace d’archivage et de générer un numéro de titulaire du droit d’auteur, un sceau de validation et un logo avec un numéro à ajouter au début de votre livre.
Avantages : sécurisé, rapide, peu coûteux (10 euros) et sans limite de temps.

Solution 4. L’empreinte numérique

> Il existe désormais une solution numérique très rapide: l’empreinte digitale numérique. Ce système génère automatiquement une clé numérique associée à votre manuscrit, permettant son authentification.
La SGDL (Société des Gens De Lettres) propose ce service de cyberclé sous le nom de Cléo, mais vous pouvez aussi le trouver sur des plateformes d’auteurs collaboratifs comme We love words sous le nom de certification (6 euros pour un certificat).
Inconvénient : la durée de protection de votre œuvre est limitée à un an, il faut donc penser à la renouveler.

Solution 5. Dépôt auprès du SGDL

Si vous préférez utiliser la bonne vieille méthode, il est également possible de protéger votre texte avec la SGDL en envoyant votre manuscrit par courrier accompagné d’un chèque de 45 euros.
> Même chose, avec cette formule, vous n’êtes à l’abri que pour une durée limitée puisqu’il faudra penser à renouveler votre protection au bout de quatre ans.

Solution 6. Dépôt chez un notaire ou un huissier

> Vous pouvez faire appel à un huissier ou à un notaire pour protéger votre manuscrit.
> Cela vous coûtera la modique somme de 150 euros. Cependant, vous pourrez dormir sur vos deux oreilles et commencer à écrire votre prochain livre.